VIE MUNICIPALE

 

 

 

 

 

 

Téléchargez ici
gratuitement

l’application
"My Andilly"
sur votre
smartphone
ou votre tablette
pour tout savoir
en direct sur la
vie de votre
commune






.

Daniel Fargeot

.

Maire d'Andilly

Vice-président de la CAVAM

.


 

Cérémonie des voeux 2017 : discours prononcé par Monsieur le maire le 14 janvier 2017

Chers amis,
Je voudrais tout d'abord vous dire que c'est un plaisir toujours renouvelé que de vous accueillir aussi nombreux à Andilly lors de la traditionnelle cérémonie des vœux !
Je commencerai par souhaiter la bienvenue aux nouveaux habitants récemment installés dans notre commune.
Sachez que je suis particulièrement sensible à la venue des élus et je salue et remercie de leur présence notre député M. François Scellier ainsi que Mmes et MM. les maires des communes amies et voisines.
Mes chers amis, 2017 sera une année importante pour notre pays !
En cette période de vœux, je formulerai un espoir, je dirais même au pluriel des espoirs, en un Homme, avec un grand H, un président de la République digne de ce nom.
Un homme dont la stature incarne la représentation nationale qui permettra à la France de recouvrer sa dignité, sa force, celles d'un état reconnu, structuré et respecté, fier de ses valeurs.
Restaurer la confiance, quelle belle histoire à écrire en cette période controversée, bouleversée et d'une grande instabilité !
Alors, j'aimerais ce soir vous exprimer des vœux sincères à partager afin que ce monde soit meilleur :
• que le bon sens l'emporte, enfin !
• que l'égalité ne soit pas synonyme d'égalitarisme et au final d'inégalité
• que l'équité rythme le parcours, le chemin et le destin de chacun
Et quel plus beau projet à l'aube de cette année nouvelle, hautement électorale, que de pouvoir voter « pour » et non par défaut ! C'est le premier vœu que je formule.
Sans préjuger de vos idées, sans présumer de votre opinion, laissez-moi penser que vous souhaitez le meilleur pour vous et vos proches et pour l'avenir de vos enfants.
Le monde est à portée de main mais pour en profiter pleinement, la France, la France ce beau pays dont je suis, dont nous sommes si fiers, doit se réformer en profondeur pour se redresser et tendre vers le bien vivre ensemble. C'est mon second vœu.
Loin, très loin des clivages, il nous faut retrouver nos valeurs, recomposer un mode de vie et nous rassembler afin que chacun puisse contribuer à l'effort national. Ces efforts seront conséquents, certes, mais je crois que nous sommes enfin prêts à les accomplir.
En effet, c'est un rassemblement de près de 1 000 bénévoles et l'implantation de 156 bureaux de vote qu'il m'a fallu mettre en place sur le département. Challenge relevé et il en ressort, qu'au-delà d'un énorme travail, ce furent au final de belles, même de très belles rencontres. Preuves en sont les personnes qui ont contribué à cette réussite et qui nous font l'honneur de leur présence ce soir.
J'ai partagé l'enthousiasme de ces sympathisants, de ces militants, de ces volontaires tous bénévoles qui ont souhaité participer à cette formidable organisation. Leur mobilisation est aussi une des clefs de la réussite de cette Primaire alors je tiens à adresser à chacun d'eux, un grand merci.
Je retiens de cette belle aventure, que le rassemblement et l'unité sont de mises aujourd'hui pour modifier le paysage politique français de demain.
C'est la raison pour laquelle je crois au discours de vérité, contrairement aux propos dispensés par des personnes qui n'ont de cesse de nier l'évidence, comme la gravité de notre endettement, toujours plus conséquent, qui risque de contraindre rapidement notre capacité à faire des choix libres.
Rappelez-vous le terme de « l'Etat en faillite », employé en 2007 par François Fillon, qui rompait avec le langage consensuel de l'époque. Bien que ce discours fût difficile à entendre, il a tout de même été approuvé par une très large majorité de votants lors de la Primaire.
Je suis convaincu qu'une nouvelle dynamique économique peut résoudre les fléaux de notre société pour retrouver un Etat fort.
Pour ce faire, Il nous faudra :
- réduire le niveau des dépenses publiques
- rétablir l'autorité de l'Etat et assurer la sécurité des personnes et des biens
- regagner notre souveraineté
- baisser l'impôt et repenser sa redistribution
- réduire la dette qui plombe l'activité et nos espoirs de croissance
- soutenir la politique de la famille et relever le plafond du quotient familial. Il vous faut savoir que depuis 2012, il n'a cessé de baisser et que vous payez 800 € de plus d'impôt par ½ part. Pour information, un couple avec deux enfants s'acquitte de 1 600 € de plus par an ! Et ce n'est qu'un exemple…
Il nous faudra également :
- sauver et sécuriser notre système social de santé mais aussi de retraite et, sans jeu de mots, en prendre soin
- supprimer les différents guichets d'allocations en mettant en place une allocation unique
- aligner les régimes sociaux et les acquis du même nom
- sauver notre agriculture qui se trouve en grande difficulté et supprimer les normes françaises toujours surajoutées aux normes européennes
- imposer des quotas d'immigration en fonction de nos besoins et des emplois à pourvoir comme le fait un certain nombre de pays scandinaves
- faire respecter la laïcité, une autre liberté fondamentale
- enfin, libérer l'économie !
Il nous faut mobiliser nos forces de travail en redéveloppant un tissu économique à forte valeur ajoutée, c'est la clef indispensable pour retrouver notre rang et notre indépendance financière.
Enfin, l'objectif est de tendre vers le plein emploi via un taux de chômage sous les 7% !
Nous en avons les moyens, il nous manquait juste le courage et très certainement l'audace...
En formulant mon troisième vœu, je pose une question : quel homme sera à même de redresser le pays ? J'ai bien ma petite idée et je crois que si vous avez été attentifs, et vous l'êtes, vous aurez compris qui pourra l'exaucer … !
En cette année électorale, je rappellerai que les présidentielles se dérouleront en avril et en mai, puis nous serons amenés à voter pour les législatives au mois de juin et bien sûr, je soutiens et soutiendrai Luc Strehaiano pour notre circonscription.
M. Luc Strehaiano préside à ce jour notre intercommunalité « Plaine Vallée forêt de Montmorency » qui connaît depuis le 1er janvier 2016 un nouveau périmètre regroupant 18 communes suite à la fusion de l'ex-CAVAM et de l'ex-CCOPF en ajoutant les villes de Montlignon et de Saint-Prix.
Ce redécoupage est l'occasion de repenser notre vision politique à l'échelon intercommunal.
La vice-présidence du Développement économique et de l'Emploi m'a été renouvelée pour une mission qui s'articule autour de cinq axes dont deux nouveaux champs de compétences, la politique du commerce et la promotion du tourisme qui s'impose naturellement en vallée de Montmorency.
Pour ce faire et répondre à la loi NOTRe, un barbarisme qui signifie nouvelle organisation territoriale, trois vice-présidents m'ont été associés pour mettre en œuvre la politique économique en lien avec les services de l'agglomération et notamment avec Philippe Rémy et son équipe.
Un acteur essentiel est à nos côtés, le club d'entrepreneurs Dynactive, qui regroupe près de 200 entreprises à ce jour et dont je salue la présence de Mme Michèle Allard et de MM. Jean-Pierre Genton et Hervé Pouyet mon grand ami. Merci à vous d'être à nos côtés.
Là encore, si nous souhaitons réussir le redressement de la France, chacun à son niveau doit travailler de façon collégiale en additionnant les compétences qui sont les nôtres. Récemment notre communauté d'agglomération s'est rapprochée de la Région Ile-de-France dans le cadre du nouveau schéma régional de développement économique.
En effet, c'est une véritable opportunité que d'échanger sur les projets et les objectifs régionaux. Il nous faut être plus grands, plus structurés et donc plus forts pour aborder cette question essentielle de l'avenir économique de nos territoires.
Nous avons un rôle à jouer et nous le jouerons pleinement.
La Région, par son vice-président Jérôme Chartier, nous a présenté les quatre verticalités de l'action économique de l'Ile-de-France :
• investir sur l'attractivité
• développer la compétitivité francilienne
• développer l'esprit d'entreprendre et d'innover
• agir collectivement au service des entreprises, de l'emploi et des territoires
Notre rôle au sein de ce cadre est d'agir de façon transversale en organisant les missions et les objectifs des acteurs économiques pour une meilleure efficacité et tendre vers le résultat escompté.
C'est le signal d'un partenariat innovant pour le développement des entreprises et pour l'emploi de Plaine Vallée. Le but étant de restaurer la compétitivité des entreprises car ce sont elles qui créent de l'emploi et non pas les aides publiques !
Ce ne sont pas les chefs d'entreprise du parc d'activités des Cures et autres commerçants présents dans cette salle, qui me contrediront.
Vous l'aurez compris, rien ne doit être laissé au hasard. Il faut redonner l'envie, la liberté d'entreprendre, la liberté de créer et la liberté d'innover. C'est mon quatrième vœu ce soir.
La cérémonie des vœux est surtout l'occasion de vous présenter les actions menées et à venir sur Andilly. J'ai souhaité mettre à l'honneur mes adjoints et nous allons les écouter via une vidéo préparée à votre intention.
Chaque année, j'ai plaisir à céder la parole à nos jeunes collègues du conseil municipal des enfants qui vont nous retracer les grandes lignes de leur mandat.
Je reviendrai sur les sujets évoqués par mes adjoints et j'ajouterai quelques éléments notamment sur le Plan local d'urbanisme (PLU).
Vous connaissez mon attachement pour la commune d'Andilly et mon cinquième vœu est de préserver, mais aussi, de transmettre la philosophie du village. Cet esprit, cette convivialité que nous cultivons ensemble, notamment au travers de la fête du village ou du Noël des enfants, doivent perdurer et vous savez pouvoir compter sur l'équipe municipale.
Et pourtant, la volonté de nos censeurs au travers de la loi SRU est de vouloir miter, miner et défigurer notre cadre de vie et son environnement ; deux composantes pourtant essentielles qui nous font aimer Andilly et vivre à Andilly.
Vouloir entacher la symbolique du village serait un crime de lèse-majesté.
A ce propos, je tiens à vous faire part de la dernière décision prise par la ministre du Logement et présentée à l'Assemblée nationale en date du 22 décembre dernier. Mme Cosse veut recentrer la construction de logements sociaux dans les territoires les plus densément peuplés, c'est-à-dire l'Ile-de-France et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur. En cas de carence, les municipalités de ces régions verront les pénalités augmentées jusqu'à 50 000 € par logement par an, pour les villes franciliennes, et 30 000 € pour celles du sud, si elles ne possèdent pas au moins 25 % de logements sociaux.
J'ai fait un rapide calcul qui me conduirait à remettre les clefs d'Andilly à Monsieur le Préfet car en effet le budget annuel de la commune n'y suffirait pas !
Le PLU en cours d'élaboration, prévoit des opérations d'aménagement programmées afin de répondre aux obligations réglementaires.
Je rappellerai qu'une communication spécifique a été délivrée, des réunions publiques ont été tenues comme un grand nombre de consultations, individuelles ou groupées, plus particulièrement sur le secteur de la rue Charles de Gaulle et de la rue des Commailles où le projet de construction de 21 logements sociaux a été signé et 21 logements en accession à la propriété y seront réalisés.
Vous avez l'esquisse de ce projet derrière moi. J'ai souhaité que l'architecture se fonde avec l'existant et s'inscrive naturellement dans un environnement urbain protégé.
C'est dans cet esprit que nous avons élaboré notre PLU et adopté des règles de protection, mais aussi de constructibilité responsable !
Certes, il n'est pas simple de concilier les dispositifs et les intérêts particuliers avec la vision de l'intérêt général qui doit, au final, prévaloir.
Néanmoins, comme je vous l'exposais, ma vision est de préserver notre cadre de vie en tenant compte des impératifs qui me sont imposés.
Ce PLU a fait l'objet d'une étude longue et parfois fastidieuse, je dois bien l'admettre, mais grâce à mon adjointe Mme Carminati, aux conseillers municipaux et plus largement à l'ensemble des acteurs qui ont contribué à cette lourde tâche, le PLU respectera notre bien vivre à Andilly !
Concernant nos projets d'aménagement, 2017 sera une année charnière et décisive pour l'avenir d'Andilly. J'ai présenté ici même au mois de juin, la future requalification de la place du village et du parc de la mairie.
L'ensemble des aménagements programmés a fait l'objet d'une étude financière précise et fait appel au dispositif du contrat d'aménagement régional en vue de l'obtention de subventions.
Par ailleurs, d'autres recettes telles que la taxe d'aménagement qui est passée de 5 à 15%, due pour toute nouvelle construction et notamment celle dont je vous parlais à l'instant, tout comme la cession d'un bien sur la commune, financeront une partie des projets municipaux.
Je rappellerai enfin que la gestion précautionneuse de vos deniers a permis de constituer une épargne destinée à financer la programmation de l'investissement.
A l'échelle de la collectivité, la responsabilité qui est la mienne est d'autant plus grande que la gestion de l'argent public requiert vigilance, efficience et transparence. C'est pourquoi je souhaite vous rassurer, en prenant l'engagement devant vous que le financement de ces nouveaux aménagements n'induira pas d'augmentation de l'impôt.
De plus, la fiscalité locale en matière de taux d'imposition ne sera pas relevée en 2017.
Le fait de sortir en partie de la carence pour les logements sociaux doit nous permettre de récupérer pour le budget communal la majoration de 50 000 € sur les 65 000 € de ladite carence. Et ces 50 000 € compenseront la baisse envisagée des dotations de l'Etat pour contribuer au fameux pacte de responsabilité dont nous sommes pourtant les victimes.
Oui, la politique locale, politique dite de terrain et de proximité, est une des composantes de la politique au sens large et noble du terme.
Oui, elle doit être entendue par nos élites pour défendre au plus près les intérêts des concitoyens.
Oui, nous vivons des temps difficiles. Nous ne les surmonterons qu'en gardant intacte notre ambition de hisser la France vers le meilleur d'elle-même.
Oui, notre pays a toutes les qualités pour se reprendre et surprendre le monde.
Oui, il faut être engagé comme l'est notre jeunesse et à ce propos je souhaiterais mettre deux jeunes femmes à l'honneur : Marine Caron et Sarah Nerrozi-Banfi.
Deux jeunes élues qui se sont rencontrées à la Sorbonne durant leurs études et qui ont écrit un plaidoyer intitulé « Echos d'une jeunesse engagée ».
A la lecture de leur livre qui est une très belle lettre ouverte aux décideurs de demain, je me suis promis d'être l'écho de leur démarche tant elle est appropriée, spontanée, actuelle, celle d'une jeunesse engagée d'aujourd'hui, ancrée dans la nation, motivée et désireuse de contribuer au débat d'idées.
Oui, la France doit pouvoir compter sur une jeunesse forte et confiante en l'avenir.
Les problèmes que je vous ai exposés auxquels se trouve confronté notre pays, sont traités dans leur ouvrage afin de redresser la France et croyez-moi, les réponses apportées sont dignes de bon sens, de clarté et de justesse.
Avoir 20 ans aujourd'hui est une opportunité, car c'est s'interroger sur le sens que l'on veut donner à la France, à l'Europe, à sa propre vie.
Mon rôle, notre rôle d'élu, est d'accompagner l'espoir que nous portons pour la France !
Pour conclure, j'emprunterai ces quelques mots à François Fillon : « Le bonheur est une conquête, l'avenir est une aventure, alors ouvrons les portes de la liberté et le souffle du progrès nous portera ».
Mesdames, messieurs, chers amis, le conseil municipal d'Andilly et votre serviteur souhaitons que 2017 soit une très belle année, faite d'espoir, de sincérité, d'honnêteté, d'audace, de liberté et de bonheur !
L'association des entrepreneurs du parc d'activités des Cures et la municipalité vous convient au cocktail préparé à votre intention.
Merveilleuse année 2017 à toutes et à tous !